Passer au contenu

Troisième semaine de juillet : transition

Ce week-end du 14 juillet était attendu.

Premier pont de 4 jours pour les professionnels, jour de départ pour les « juillettistes ».

A la Boissière aussi, le temps semble comme suspendu. On y croise encore moins de monde que d’habitude sur l’espace public. Il faut dire que la pataugeoire cette semaine encore est restée vide. Les travaux ont repris quelques jours, avec leur lot de gravats et poussière. Décidément, ce drôle de début d’été est bien incertain. 

Mercredi 

On a rendez-vous avec Marie-Noëlle du CCAS à l’Escale pour suivre un café mobile sur la Boissière. Le principe, initié il y a de nombreuses années maintenant, est simple : se placer sur un point de passage sur le quartier et offrir un café aux habitant.es pour prendre le temps de discuter et de présenter les activités de l’été. Ce temps de discussion organisé une semaine sur deux au Bout des Landes, l’autre à la Boissière est aussi l’occasion pour les professionnels du territoire de travailler ensemble et de tenir la table à plusieurs (associations, CCAS, équipe de quartier…). Ce jour-là, c’est Marion, directrice de la Mano qui est présente.

Mercredi 15 juillet à 9H00 à l’Escale, Marie-Noëlle prépare le café mobile.

Avant de partir Marie-Noëlle prépare donc un thermos de café, l’autre d’eau chaude, sort la table pliante, rempli son sac plastique de prospectus. On s’installe à l’arrêt de tram pour capter les aller-venues.

Départ de l’Escale, direction l’arrêt de tram à une centaine de mètres.
Devant le tram, Marie-Noëlle déplie la table et installe la bâche, avant d’y disposer thé, le café et les prospectus d’informations.
Le café mobile a pied d’oeuvre. Marie-Noëlle y restera près de deux heures.

Les premiers « bonjour » s’échangent. Certain.es s’arrêtent. Surtout chez les plus âgé.es. On discute de tout et de rien, de la santé qui flanche, des enfants qui manquent, de la petite retraite qui ne permet aucun écart, du quartier qui se dégrade… Après chaque discussion, Marie-Noëlle consigne soigneusement le profil des personnes rencontrées et les besoins exprimés. Chacune de ces rencontres permet de prendre in situ la température du quartier et de ses habitant.es. En deux heures certaines personnes se sont simplement arrêtées prendre un café, sans discuter, d’autres sont venues dire bonjour et exprimer leur joie de voir le dispositif reprendre. Il a été interrompue d demi mars à début juillet. 9 personnes ont eu un échange plus approfondi avec Marie-Noëlle sur des questions de ressources et d’accès aux droits.

L’après-midi, on a rendez-vous par zoom avec Elsa Devienne, qui vient de publier un livre formidable consacré à l’histoire des plages de Los Angeles. On prépare notre bonus ‘un épisode de l’été qui vous emmènera toute une journée à la plage ! 

Jeudi  

On décide d’aller travailler toute la journée à l’Escale : écrire, monter des sons, enregistrer…  C’est important pour nous de faire tout ce travail sur place, en résidence à l’Escale. On laisse toujours la porte ouverte, et on renseigne les gens de passage. On croise des inconnu.es, des personnes qui cherchent « la CPAM » – le local a longtemps été à l’endroit de l’Escale mais ne l’est plus depuis des années, il faut désormais se rendre en centre-ville – d’autres qui se renseignent sur les activités de l’été… On croise aussi des gens connus, comme Sylvie, qui vient toujours nous dire bonjour sur la route de la boulangerie. On discute, on prend des nouvelles. 

jeudi à l’Escale
On prend nos habitudes, on commence même à laisser du lait dans le frigo.

Dans la matinée, on fait un entretien passionnant avec Anne-Sophie Gomez qui anime depuis plusieurs années un carnet de recherche dans lequel elle recense toutes les ressources qui parlent, qui montrent… la piscine. Pour découvrir son travail, écoutez le bonus de notre épisode 9 consacré au pataugeoire. 

Vendredi

On essaye de prendre de l’avance, et on travaille déjà sur l’épisode de fin juillet qui sera consacré aux explorations urbaines et aux ballades dans le quartier.  On en profite aussi pour faire un tour. Toujours pas d’eau dans la pataugeoire mais cette section du chantier du réseau de chaleur est presque terminée. L’habillage du terrain de basket est presque fini.

Les travaux vendredi 17 juillet

A midi, on a rendez-vous au Chronographe, un lieu dédié à l’archéologie à Rezé pour pique-niquer avec les « Curieux spectateurs ».

Le groupe est composé d’habitant.es majoritairement de Nantes Nord qui se retrouvent tous les 15 jours pour préparer et organiser des sorties culturelles. Depuis trois ans, les rencontres sont animées par Franck, chargé de développement au Département de Loire-Atlantique. Il s’agit non seulement de pouvoir accéder à des sorties culturelles à un prix réduit pour des gens qui ont des moyens modestes, mais surtout de mener un travail de fond de médiation culturelle pour faire découvrir des univers qui peuvent au premier abord paraître peu accessibles : opéra, concert de rock, art contemporain, théâtre… Les thèmes de sorties sont décidés et débattus collectivement. A écouter les « Curieux » comme ils se nomment eux-mêmes, ce qui compte c’est surtout d’aller ensemble pour oser et se sentir légitime à en parler, donner son avis, oser dire ce que l’on n’aime ou n’aime pas.

Aujourd’hui c’est une journée annuelle de bilan pour les « Curieux ». Ils évoquent l’organisation du groupe que Frank pousse à être de plus en plus autonome, les sorties qu’ils aimeraient faire l’année prochaine et se montrent ce qu’ils ont fait durant le confinement : écriture, peinture…

L’après-midi se termine pour celles et ceux qui le souhaitent par une visite du Chronographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *