Passer au contenu

Quatrième semaine de juillet : comme un air de vacances

Cette semaine, on a passé beaucoup de temps « avec le centre » comme disent les habitant.es de la Boissière. Le centre socio-culturel est situé au cœur du quartier, juste à côté de la pataugeoire et en été, les extérieurs sont aussi investis : les chaises et les parasol sont de sortie, on joue dehors…

Prise de vue du 2 juillet 2020

Dans beaucoup de témoignages que nous avons recueillis depuis le début de cette enquête, « le centre » est associé aux vacances. Les souvenirs se font écho et s’étalent sur plusieurs décennies : le voyage en Espagne, le séjour à Eurodisney, la journée à la mer à Pornic, les parties de jeu avec les enfants à la ludothèque quand on ne peut pas partir… Et ces souvenirs de vacances sont associés à des souvenirs d’actions bénévoles : la vente de pains au chocolat ou la bourse aux jouets et aux vêtements pour récupérer un peu de sous. Parce que partir en vacances coûte cher, surtout quand les familles sont nombreuses. 

Cette année, le centre a privilégié les « sorties de proximité » en proposant durant les deux mois d’été deux sorties par semaine à la plage sur la côté Atlantique. Pour les familles, le coût est modique. Ce qui compte surtout, c’est de s’aérer, quitter le quartier une journée et offrir aux enfants autre chose que cette pataugeoire qui, cette semaine encore, est restée vide et sale. 

L’espace de la pataugeoire le 21 juillet

Mardi

L’équipe de l’Escale a invité le comédien de la troupe de théâtre qui gère le hangar Cassin à venir présenter le cycle Shakespeare qui est proposé pendant l’été tous les jeudis au sein de l’espace. Le principe : une pièce et une troupe différentes toutes les semaines. Parmi les personnes présentes, on retrouve surtout des habitué.es des sorties culturelles organisées par l’Escale. On s’est installé dehors devant le local. Depuis deux jours, Pedro le restaurateur de Chez Martine, a pris les choses en main et décidé de s’occuper de la zone herbeuse située devant le centre commercial. Avec l’herbe coupée et les palettes de bois enlevées, le petit centre paraît un peu moins laissé à l’abandon. 

Devant l’Escale, ce mardi 22 juillet

L’après-midi on travaille sur notre prochain épisode consacré aux ballades et aux différentes manières d’explorer son territoire. Ça sera notre 10e épisode. L’occasion pour nous de faire un premier bilan et de nous lancer dans l’exercice périlleux du retour rétrospectif. Difficile pour nous de choisir l’épisode qui nous a le plus marqué ou qui a notre préférence, parce que chacun dit quelque chose également du moment où nous l’avons pensé et fabriqué. Ce sentiment est intimement lié à la forme que nous avons choisie, celle d’un journal du quotidien qui témoigne aussi du temps qui passe. Notre regard évolue au fur et à mesure que nous produisons. 

Pendant que nous travaillons sur le montage, Françoise vient à l’Escale prendre le nécessaire pour organiser un café mobile à « Cassin », un petit parc situé dans le micro-quartier de Bout des Landes. Deux heures plus tard, elle revient avec son lot d’histoires du quartier : des histoires de trafic, de logements mal isolés, une agression d’une personne âgée à son domicile…  

En soirée, nous allons au centre. Dans le petit jardin attenant y est organisé un concert. On a sorti les tables, les chaises, les jeux. On y croise des personnages de la Bonne cage : Christine de la résidence autonomie, Catherine et Annie des balades… Pendant la balance du groupe, des petits groupes se forment. On discute, on partage le pique-nique, les enfants jouent et dansent. L’atmosphère est légère. Autour de la pataugeoire, les scooters ont cessé un temps de faire des tours dans la poussière.  

L’extérieur du centre socio-culturel mardi soir

Jeudi 

Nous partons à Tharon-plage pour la journée avec le centre. Au total, une cinquantaine de familles sont du voyage, la plupart viennent de la Boissière, d’autres de la Petite Sensive, un micro-quartier voisin.

Embarquement pour Tharon-plage ce jeudi

Durant tout l’été, les sorties plages sont conjointement organisées par les deux centres et des animateurs des deux structures sont présents. Ce jour-là sont du voyage Emma, en service civique à la ludothèque de la Boissière, Yann, animateur familles au centre de la Petite Sensive et l’animateur du secteur ados qui gérera toute la journée un petit groupe de jeunes en leur proposant des activités spécifiques. 

Pour découvrir le récit de cette journée, il faudra attendra notre épisode 11 qui sera mise en ligne le 12 août.  

Arrivée à Tharon-plage

Vendredi 

Dans la matinée, nous revoilà encore au centre. Cette fois, c’est pour documenter la démarche initiée durant l’été par l’Accoord, l’association qui gère les centres socio-culturels sur toute la ville de Nantes, visant à recueillir les besoins et les envies des habitant.es sur les différents quartiers. Cette démarche baptisée « Les Essentiels » doit  contribuer à la ré-écriture de leur projet associatif. 

L’extérieur du centre socio-culturel vendredi martin


Ce jour-là à la Boissière, quelques habituées du groupe des papoteuses – les marcheuses du centre qui papotent  – ont été invitées à venir donner leur avis. Elles retiennent deux thèmes principaux : la solidarité et l’accès au numérique. Dans les discussions, l’évocation de la période du confinement est encore très présente. Quant à la projection sur les prochains mois, elle semble bien incertaine. Mais pour les dames présentes ce matin-là, le centre est évoqué comme un repère : on s’y retrouve, on y fait des choses ensemble, on y côtoie des professionnels qu’on apprécie. 

L’après-midi, on se retrouve à l’Escale pour monter l’épisode 12 sur la sortie plage. On est contentes, car on a (enfin !) réussi à prendre un peu d’avance sur le rythme de mise en ligne. Ce qui va nous permettre de prendre un peu l’air… et suspendre pendant trois semaines notre journal de terrain, même si on sera l’une et l’autre – mais de façon alternative – encore présente sur le quartier.  On vous retrouve mi-aout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *