Passer au contenu

4e semaine d’août : la rentrée en ligne de mire

Cette semaine encore on se voit beaucoup, mais surtout pour préparer nos cours de rentrée. On essaye au maximum d’anticiper un éventuel re-confinement localisé, comme il est désormais coutume de l’envisager, en imaginant une forme de cours qui puisse se décliner autant en présentiel qu’en distanciel.

Entre deux préparations de cours, on entend notre Premier ministre assurant que le fait de rendre les masques gratuits pour l’ensemble des enfants n’est pas envisageable, ni même souhaitable. Ce qui nous ramène de façon brutale à la Boissière. Quand on sait qu’un sachet de deux masques vaut 5-6 euros en supermarché et qu’un masque doit être changé théoriquement toutes les 3 ou 4 heures, le coût à supporter par les familles est énorme. Rappelons que la prime de rentrée versée aux familles les plus modestes, s’élève à 469,97 euros pour les enfants âgés de 6 à 10 ans. 490,39 euros pour les enfants âgés de 11 à 14 ans. 503,91 euros pour les enfants âgés de 15 à 18 ans. Mais cette aide financière est ponctuelle et surtout qu’elle n’est théoriquement pas prévue pour supporter le coût supplémentaire des masques. Alors dans beaucoup de familles, c’est le règne du système D, on récupère les masques du boulot, on fait tourner  « les masques de la Mairie de Nantes » reçus dans les boîtes aux lettres, au lendemain du déconfinement.

Si on est encore fin août, l’incertitude est donc de mise. Et la rentrée qui se profile dans quelques jours est déjà dans toutes les conversations.

Lundi

On a à nouveau rendez-vous avec Mathieu et Margot du centre socio-culturel pour recueillir les paroles des habitant.es. Comme la semaine dernière, il est surtout question du cadre de vie qui se dégrade, des poubelles renversées, des déchets jetés des fenêtres… Ces histoires de déchets récurrentes disent beaucoup sur le sentiment de relégation que ressentent certain.es personnes. Non seulement, les voisin.es sont accusé.es d’incivilité et de manque de respect, mais ce sont aussi les pouvoirs publics qui sont pointés du doigt pour leur impuissance à agir.

lundi 24 aout

Pendant ce temps là, Elvire enregistre une bande de filles qui discutent de leur garde-robe pour la rentrée. On se dit qu’on tient notre son d’entrée pour le prochain épisode !

lundi 24 aout

Mercredi

Tiko nous fait parvenir le mixage de l’épisode 12 que nous mettons en ligne. C’est le dernier épisode de ce drôle d’été. Il est fait de patchwork de paroles d’habitant.es qui évoquent leurs souvenirs de vacances. Même si cette année, rien n’a été vraiment comme d’habitude.

Vendredi

Le matin, nous avons rendez-vous avec Sitti et son fils Mouslim, 12 ans. Nous sommes émues de les rencontrer car nos derniers échanges remontent à la période du confinement. Nous avions alors longuement échangé avec eux sur la difficulté à faire l’école à la maison dans un appartement exigu et sans avoir tout le matériel informatique adéquat. Quand on interroge aujourd’hui Sitti sur cette période, elle redit à quel point cela a été fatiguant pour elle de s’occuper seule de ses deux garçons de 10 et 12 ans. Mais elle dit aussi la fierté d’avoir réussi à tenir. Alors la prochaine rentrée, elle l’aborde plutôt sereinement. Quant à Mouslim, il se demande surtout s’il sera encore avec ses copains mardi prochain ou si ce sera définitivement la fin de « ce super groupe de supers copains de la super 6e A » !

Atelier de réparation animé devant le centre social par l’association Place au vélo

L’après-midi, nous assistons à un atelier réparations de vélo au centre social animé par l’association Place au vélo. Le principe ? Apprendre à réparer soi-même et à entretenir son vélo. On y croise Hamdi, 10 ans. Avec l’aide de Loïc de l’association, il apprend à regonfler ses pneus, redresser son guidon à l’aide d’une clé allen, resserrer ses pneus… A force d’attention, son VTT qui a passé l’été dans les bosses est (quasi) remis d’aplomb, prêt pour une nouvelle rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *