Passer au contenu

1ère semaine de septembre : C’est parti !

C’est la rentrée ! A chaque première semaine de septembre, le cycle reprend. Immuable. Les élèves reprennent le chemin de l’école, La cloche, de nouveau, retentit dans les cours d’école. Les embouteillages redeviennent plus fournis sur les boulevards. Les premières feuilles recommencent à tomber des arbres. Et nous, nous reprenons le chemin de la Chantrerie, en C6, pour rejoindre l’Ecole de design. La reprise du cycle a quelque chose de rassurant. Les choses se remettent dans l’ordre.

Même si cette année, bien sûr, il y a comme un goût de pas pareil. Le signe le plus visible, ce sont ces masques qui barrent le visage de nos élèves. Des pairs d’yeux dont on se dit qu’on va avoir encore un peu plus de mal que d’habitude à y associer à un prénom. Pourtant, passés les premiers moments de crainte partagée – de leur côté comme du nôtre – on se relance et on reprend plaisir à faire cours. Se retrouver devant une classe pour essayer de convaincre des élèves de l’importance de la portée critique de la sociologie demeure un vrai plaisir.

Mardi

C’est la rentrée à la Boissière, comme ailleurs. Elvire travaille à la finition de la trame commune du cours que nous donnons à l’Ecole de design et Fred part de bonne heure vers la Boissière, avec l’objectif d’arriver avant 8h30 avec les premiers parents et enfants pour recueillir les premières impressions de rentrée. Devant les grilles de l’école, les cartables sont vissés sur le dos ou tirés comme des valises et les enfants du quartier arrivent en petites bandes… Les premiers attroupements se créent devant les panneaux d’affichage : sur les listes des classes, il s’agit de retrouver son prénom, et surtout de voir si tel copain ou telle copine sera de la partie pour cette nouvelle année.

Covid oblige cette année, les entrées se font à l’école par trois portails différents pour éviter les bousculades. A chaque grille, un.e enseignant.e accueille les élèves, pointe leur prénom sur une liste et leur rappelle l’obligation de se laver les mains avant de rejoindre leur groupe sous le préau. Les enseignant.es (re)connaissent les enfants et réciproquement. Et les un.es et les autres semblent content.es de se retrouver. Si la grande majorité des élèves sont revenus en juin, le souvenir de cette drôle de fin d’année est dans toutes les têtes. Et rien ne dit que celle qui arrive ne soit pas tout aussi étrange…

Vendredi

On fonctionne à flux tendus. Nos agendas sont pleins mais on est décidées coûte que coûte à trouver le temps de continuer le projet. Le seul temps commun que l’on a de la semaine est vendredi matin. On se retrouve à 9H00 sachant qu’au plus tard à 12H30 Fred devra partir prendre le C6 pour aller en cours.

Un tel projet ne peut pas subsister sans confiance et heureusement nous n’en manquons pas. Chacune sait s’appuyer sur les forces de l’autre pour respecter le défi que l’on s’est fixé de diffuser un nouvel épisode tous les 15 jours.

tenir le cap c’est aussi savoir à quoi renoncer, pas d’entretien avec des chercheuses ce mois-ci, nous n’en avons pas le temps.

A midi nous avons fini de sélectionner les sons et d’écrire le synopsis. Il ne nous restera ce week end qu’à enregistrer nos voix. Fred fera ensuite le montage final qu’elle enverra à Tiko pour le mixage.

On ne savoure pas longtemps cette mission accomplie. On pense déjà au prochain épisode.

Le thème de l’épisode 13 ? La rentrée, bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *