Skip to content

Seconde semaine de Février : un temps qui s’étire

On perd le fil du récit.

C’est tout l’intérêt du journal de terrain de garder la trace, aussi bien de ce qui s’y dit que des moments où le récit s’amenuise voire disparait. Comme ces dernières semaines où nous n’avons pas raconté l’enquête. cela ne veut pas dire qu’elle s’est arrêtée mais cela marque un essoufflement. L’intérêt est toujours là mais l’énergie faiblit.

pause déjeuner à l’Escale, dans les cartons

Dans quelques semaines nous serons au printemps, cela fera un an que nous racontons la Boissière et nous prendrons une pause pour réfléchir à la suite.

Ces dernières semaines, nous avons rencontré les enfants, bénévoles et professionnels de l’accompagnement à la scolarité.

Nous avons aussi suivi l’avancement des travaux de l’Escale qui va quitter le centre commercial pour le centre socio-culturel.

On a croisé Marie-Noelle du CCAS à la distribution des paniers de fruits et légumes. Avec d’autres partenaires, une fois par semaine, elle tient une prenante d’accès aux droits au sein du centre socio-culturel.

On est allées voir Francis qui nous a parlé des mobilisations habitantes des années 1970 pour faire abandonner à la municipalité son projet de Plan d’occupation des sols.

L’enquête continue en podcast, comme dans les pages virtuelles de Médacités. Tout est en chantier, nos têtes comme le quartier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *